samedi 18 juillet 2015

La Ligne Verte - Stephen King

"Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d'un pénitencier dans les années 30, entreprend d'écrire ses mémoires. Il revient sur l'affaire John Caffey - ce grand Noir au regard absent, comdamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes - qui défraya la chronique en 1932.
La ligne verte est le reflet d'un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisé par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore avec sa matraque et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l'innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique."
 o
o
o
o
o
o
o
o
o
o

o

o
Présentation :
Auteur : Stephen King
Pages : 506
Genre : Fantastique
Année de parution : 1996

 Mon avis :
Pour commencer, ce livre est tout simplement génial. J'ai adoré du début à la fin. J'avais vu le film il y a plusieurs années de cela et j'avais complétement oublié l'histoire, j'ai ensuite retrouvé le livre dans une brocante il y a quelques mois et j'ai donc décidé de l'acheter. Ce bouquin est resté presque un an dans ma bibliothèque sans être lu, jusqu'à la semaine dernière où je me suis enfin décidée de le lire, et je dois dire que je n'ai absolument pas été déçue!

Dans les premières pages du livre on découvre un gardien de prison, Paul Edgecombe, au grand cœur. Il est toujours à l'écoute des prisonniers (du moins les "gentils") et leur apporte tout ce dont ils ont besoin avant de finalement passer sur la chaise électrique, là où ils finiront leur vie. Dès les toutes premières pages j'ai adoré son personnage. Il y a aussi Percy Wetmore, ce personnage que j'ai détesté du début à la fin, et je pense que c'est le cas de tous ceux qui ont lu La Ligne Verte. En vrai, on se rend compte qu'on a tous un Percy Wetmore dans notre vie, cette personne méchante et arrogante qui ne pense qu'à lui et qui se protège derrière des figures d'autorités importantes et il y en aura toujours un. Je ne suis pas mécontente de ce qui lui arrive à la fin!
Stephen King est vraiment un écrivain extraordinaire, tout le long de l'histoire il arrive à nous faire ressentir tout une gamme d'émotions différentes les unes des autres. Il a même réussi à me faire avoir de la pitié et de la peine pour des meurtriers, comme Edouard Delacroix qui a tué une dizaine de personnes mais qui a l'air doux comme un agneau. Pour ma part, j'étais même triste pour au moment de l'exécution de certains de ces prisonniers. Mais en même temps on ressent un dégoût profond pour ces personnages et ce qu'ils ont fait à des gens innocents. C'est un sentiment inexplicable en fait. C'est ce que j'ai ressenti d'abord pour John Caffey, mais(pas de spoiler ici car c'est écrit dans le résumé) on se rend très vite compte de son innocence. On retrouve ici le sujet très important de la ségrégation raciale aux États-Unis : cet homme s'est retrouvé en prison juste parce qu'il était noir, ils n'ont pas cherché plus de preuves pour prouver sa culpabilité, il était juste au mauvais endroit, au mauvais moment. C'est vraiment le personnage du livre auquel je me suis le plus attachée. J'ai aussi ressenti de la colère en voyant toutes les personnes qui savaient à quel point John Caffey était un homme bon et innocent et qui n'ont rien fait pour l'empêcher de passer à la chaise électrique alors qu'ils en auraient certainement eu le pouvoir. C'était donc à Paul Edgecombe et ses amis, Brutal, Dean et Harry, de chercher un moyen de le sortir d'ici alors que c'était pas leur boulot.

Et Mister Jingle, la souris de cirque de Sourisville, on ne peut pas l'oublier! Cette souris à un rôle très très important dans l'histoire. Elle montre que Delacroix aurait pu être un homme bon s'il n'avait pas commis de crimes. Elle montre l'être abominable qu'est Percy Wetmore et elle sert aussi de "preuve" pour prouver à certains personnages l'innocence de Caffey.
L'histoire est originale, on ne retrouve que très rarement des livres comme celui-ci avec pour thèmes principaux la prison et la peine de mort. J'ai eu beaucoup de doutes pendant ma lecture. A plusieurs moment j'ai été persuadée que John Caffey était innocent et qu'il n'avait pas commis ce crime horrible dont il est accusé, et à d'autres moment je n'en étais plus sûre du tout. Le fantastique est tellement bien intégré à l'histoire que cela paraît normal, c'est très très bien écrit.
Comme le dit l'auteur dans la préface, c'est un roman-feuilleton. Le roman est donc séparé en plusieurs parties qu'il a publié à quelques mois d'écart (je ne sais pas combien exactement) pour tenir les lecteurs en haleine. Le point négatif c'est que, pour rappeler au lecteur ce qui s'était passé dans l'épisode (c'est comme ça que sont appelées les parties dans le livre) précédent, il y a énormément de répétition, c'est un peu agaçant mais à force on s'y fait vite. Et ce défaut ne change rien au fait que l'histoire est merveilleuse!
Je recommande vraiment ce livre à tout le monde, je pense que c'est un livre qu'on devrait tous lire une fois dans notre vie. Il fait maintenant partie de mes livres préférés. Mon avis personnel pour le message de ce livre c'est qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Même si tout accuse une personne, il se peut que ce ne soit pas elle.

2 commentaires:

  1. Ton avis me donne bien envie de sortir ce livre de ma PAL =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, il est tout simplement génial ! ;)

      Supprimer